dimanche 17 février 2008

transhumanisme, un autre miroir aux alouettes

Dieu est mort, les dieux sont morts, on nous l'a répété tellement de fois, il serait complètement absurde de remettre ce fait en question ; mais par quoi ce concept divin, tellement utilisés de par les siècles, a-t-il pu être remplacé dans l'inconscient collectif? un gourou indien estime que le mot « Dieu», a été remplacé dans le langage courant, en termes d'importance et d'impact par le mot "fuck"; et pourquoi pas ? Ce n'est pas plus bête qu'autre chose, il faut dire ce qui est, quand on regarde autour de soi ce n'est finalement pas très loin de la réalité...


mais il faut croire que ça ne suffit pas, il faut croire que la notion de divinité occupe un espace spécial dans la psyché collective, à tel point qu'il est nécessaire de combler le vide par n'importe quelle absurdité nous permettant de nous rattacher à quelque chose de supérieur; on ne croit plus en Dieu, mais on croit aux extraterrestres, aux complots gouvernementaux, aux conspirations mondiales, en Rael ou la scientologie; ce besoin de croire, mélé au fait que la technologie est devenue de plus en plus incompréhensible à l'homme ordinaire, (se parant de ce fait d'une aura « magique ») amène les hommes à créer de plus en plus d'absurdités conceptuelle;

il y en a une particulier sur laquelle j'aimerais attirer l'attention :le transhumanisme
qu'est-ce donc que cela?
tout simplement un ensemble de textes, une nébuleuse de sites Internet, regroupées autour d'une idée, d'une foi même pourrait-on dire,tant ce qu'ils avancent et ce en quoi ils croient me paraît, à moi, inconcevable et complètement dingue.
les transhumanistes croient dur comme fer à la science comme seule voie de salut de l'homme, la science seule pourra nous sauver, et mieux que ça, pourra nous faire évoluer! je ne vous mettrais pas de lien vers ses sites, une simple recherche Google vous amènera directement à leur présentation philosophico-mystique des bienfaits de la micropuce
car en effet, seul la micropuce permettra un jour de nous affranchir de la matière, des limites spatiales et temporelles de notre corps, et même, de la mortalité; le transhumanisme croit dur comme fer qu'un jour il sera possible de transférer nos consciences, dans leur intégrité, dans des microprocesseurs, permettant ainsi de vivre à l'infini et, je cite,"de pouvoir explorer toutes les facettes de notre être".

je ne sais pas si c'est une secte, car, en me baladant de site en site, je ne vois nulle part de souscription pour des stages de formation, ou autre genre d'attrape-nigauds; cela ressemble beaucoup plus à une simple profession de foi exprimée par des savants, des allumés, des professeurs, etc.

au-delà du ridicule qui réside dans l'idée de tout espérer de la science, alors que, rappelons-le, la recherche scientifique est d'abord motivée par des intérêts militaires dans la plupart des pays occidentaux, l'idée même de transférer sa conscience dans un ordinateur est la négation de tout ce que l'humain a de meilleur en lui; la négation de ses capacités créatives, ses capacités à imaginer et construire un monde meilleur, de capacité à communiquer, dialoguer, échanger ; c'est l'abdication face à un système mécanique incompréhensible ; on pourra toujours dire, c'est vrai, que l'homme a apporté la guerre, qu'il est cruel, avide, qu'il a un mauvais fond, et que donc seul la régulation scientifique permettra de le sauver...
vision totalitaire et fascisante de l'avenir...

c'est oublier qu'avant l'arrivée de l'homme blanc, dans quelques endroits de par le monde, certaines sociétés, certains peuples vivaient harmonieusement avec leur environnement, ne travaillant que deux à trois heures par jour pour assurer leur subsistance, sans idée d'accumulation, ni de compétition économique, tout en étant dotés d'une science de l'ame ultra-développée (cf Other worlds, Ian kounen; et Mircea Eliade, "Chamans et chamanisme")...
ce qui permet de dire, que si le mal est intrinsèque à l'humanité, alors le bien aussi, donc il n'est nul besoin d'une régulation scientifique de l'humanité mais juste d'un peu d'efforts...

Pierre Bordage, dans son roman "Wang", nous présente comme alternative à l'humanité une bande de rebelles qui vivent comme des rats sous terre, l'esprit en permanence connecté en réseau, les jambes et les bras atrophiés, qui n'ont plus aucun contact physique et qui finissent par décoller pour une autre planète, fuyant la misère du monde; il présente ça comme quelque chose de fantastique, je n'y vois qu'un cauchemar
et même si nous sommes pervertis par des générations et des générations de bourrage de crâne, rendus insensibles et apathiques à tout ce qui nous entoure, vivant comme des poulets de batteries pour travailler 40 ans et crever sans avoir rien vécu, je préférerais toujours croire en nos capacités d'êtres humains, en la possibilité d'un jour se réveiller de cette absurdité plutôt que de croire en la sacro-sainte micropuce

pour finir, une fois n'est pas coutume car bon sang, j'aime vraiment pas la nouvelle scène française, cette petite chanson, en vous souhaitant un bon dimanche

samedi 1 décembre 2007

"Darshan", de Ian Kounen

En Inde, Amma est considérée comme une Sainte. Cette femme issue d'un milieu modeste finance plus de 25000 pensions pour femmes, des camps médicaux mobiles, ainsi que l'hôpital Amrita Istitute of Medical Science and Research (AIMS) qui s'impose aujourd'hui comme un des meilleurs hôpitaux en Inde. Elle gère également des orphelinats et de nombreuses écoles.

Amma finance ses actions grâce aux dons recueillis lors des célébrations (Puja, Homa, Bhajan, Darshan, Devi Bhava) qu'elle organise à travers le monde. Son action est reconnue jusqu'en occident : en octobre 2002, Amma a reçu le prix Gandhi-King pour la Paix et la non-violence au Palais des Nations de Genève en présence d'un représentant de l'ONU. A l'occasion de son cinquantième anniversaire, plus de cent mille personnes se réuniront à Kochi, dans le Kérala, pour une célébration exceptionnelle durant quatre jours.

Le film portera plus particulièrement sur la cérémonie du Darshan au cours de laquelle Amma serrera dans ses bras plusieurs milliers de personnes une à une, pendant plus de 10 heures et ce, sans interruption.

Mais que se passe-t-il "réellement" lors de cette étreinte ?


mardi 27 novembre 2007

Reality of occupation in Palestine

this is a reproduction of a text from B'Tselem


Since 1967, Israel has established 135 settlements in the West Bank (including East Jerusalem) that have been recognized by the Interior Ministry. Sixteen settlements were established in the Gaza Strip; these were dismantled in 2005 during the implementation of the "disengagement plan." In addition, dozens of outposts of varying size have been established. Some of these outposts are settlements for all intents and purposes, but the Interior Ministry has not recognized them as such.

Israel has established in the Occupied Territories a separation cum discrimination regime, in which it maintains two systems of laws, and a person's rights are based on his or her national origin. This regime is the only one of its kind in the world, and brings to mind dark regimes of the past, such as the Apartheid regime in South Africa.

As part of the regime, Israel has stolen thousands of dunams of land from the Palestinians. On this land, Israel has established dozens of settlements in which hundreds of thousands of Israeli civilians now live. Israel forbids Palestinians to enter and use these lands and uses the settlements to justify numerous violations of Palestinian rights, such as the right to housing, to earn a living, and freedom of movement. The sharp changes Israel made to the map of the West Bank make a viable Palestinian state impossible as part of the right of the Palestinian people to self-determination.

The settlers, on the other hand, benefit from all rights given to citizens of Israel who live inside the Green Line, and in some instances, even additional rights. The great effort Israel has expended in the settlement enterprise -- financially, legally, and bureaucratically -- has turned the settlements into civilian enclaves within an area under military rule and has given the settlers a preferred status. To perpetuate this unlawful situation, Israel has continuously violated the Palestinians' human rights.

Especially conspicuous is Israel's manipulative use of the law to create a semblance of legality for the settlement enterprise. So long as Jordanian law assisted Israel in advancing its goals, it seized the argument that international law requires that an occupying state apply the law in effect in the territory prior to occupation, thus construing international law in a cynical and tendentious way. When Jordanian law was unfavorable for Israel, Israel did not hesitate to revoke it though military legislation and develop new rules to meet its ends. In doing so, Israel tramples on international agreements to which it is party -- agreements which are intended to reduce human rights violations and protect people under occupation.

Because the very establishment of the settlements is illegal, and in light of the human rights violations resulting from the existence of the settlements, B'Tselem demands that Israel evacuate the settlements. The action must be done in a way that respects the settlers' human rights, including the payment of compensation.

Clearly, evacuation of the settlements will be complex and will take time; however there are intermediate steps that can be taken immediately so as to reduce, to the extent possible, human rights violations and breaches of international law. For example, the government should cease new construction in the settlements -- both the building of new settlements and the expansion of existing settlements. It must also freeze the planning and building of new bypass roads and must cease expropriating and seizing land intended for the bypass roads. The government must return to Palestinian villages all the non-built-up land that was placed within the municipal jurisdiction of the settlements and the regional councils, eliminate the planning boards in the settlements, and, as a result thereof, revoke the power of the local authorities to draw up outline plans and grant building permits. Also, the government must cease the granting of incentives to encourage Israeli citizens to move to settlements and must make resources available to encourage settlers to move inside Israel's borders. "
B'Tselem

samedi 24 novembre 2007

"WE"

Arundhati Roy
Here 's the link for the official website
I'ld like to start with this fantastic movie, taking us far away from mainstream media analysis

Great talk about history,...
"We is a fast-paced 64 minute documentary that covers the world politics of power, war, corporations, deception and exploitation."
so..enjoy, ans share!





Communiqué du PPF- déclaration d'intentions

appel du PPF
France is about to filter internet
France is about to filter internet content according to music and cinema majors’ request.
We strongly oppose to the filtering of Internet content, either when the majors ask it, or when the european commissioner Frattini does.
French government asked the CEO of FNAC, France biggest CD and DVD retail chain owned by the PPR* Group, to propose repressive measures against P2P file-sharing.
By accepting this mission, FNAC’s CEO (Denis Olivennes) took a strong position against freedom of the internet users.
We alert every Pirate Party around the globe about the measures that France is about to take and that could be taken as well as in other european countries :
- filtering of internet content.
- creation of an independant authority, parallel to justice, able to terminate internet access of users, and to punish any ISP that wouldn’t comply.
- creation of a national directory of such “terminated” users.
We therefore call every internet user to boycott products from the majors and from any company attacking our freedom.

La France est sur le point d’imposer un filtrage de l’internet à la demande des majors de la musique et du cinéma.
Nous nous opposons au filtrage de l’internet, que ce soit à la demande des majors ou à la demande du commissaire européen Frattini.
Le gouvernement français a demandé au PDG de la FNAC, une société du groupe PPR, qui vend des CD et DVD, de proposer des mesures destinées à réprimer les échanges P2P.
En acceptant cette mission, le PDG de la FNAC (Denis Olivennes) a pris parti contre les libertés des internautes.
Nous alertons l’ensemble des Partis Pirates à travers le monde sur les mesures que la France s’apprête à prendre, et qui pourraient être reprises dans d’autres pays européens:
- filtrage de l’internet.
- création d’une autorité parallèle à la justice qui aurait le pouvoir de faire désabonner les internautes, et de sanctionner les FAI qui ne lui obéiraient pas.
- création d’un fichier national des internautes désabonnés.
Nous appelons donc l’ensemble des internautes à boycotter les produits des majors, et de toute société qui porterait atteinte à nos libertés.

Ce blog est fait pour faciliter l'accès à une base de données de documentaires, en anglais ou en francais; la culture appartient à tous, tout le monde à le droit de s'instruire, tout le monde devrait avoir accès à la culture
culture= bien public
pas de culture sans le peuple